ville de Thur

Présentation de la ville de Thuré

La ville de Thuré (Vienne - 86)Accrochée au nord sur les coteaux dominant le confluent de l'Envigne et de la Vienne et longeant l'Envigne au sud, la commune de Thuré 4 400 hectares et s'étend sur environ 10 km tant dans le sens nord-sud qu'est-ouest.

Elle est accolée à la commune de Châtellerault et se compose de deux agglomérations :

- celle de Besse sur la RN725, distante de 3 km du centre de Châtellerault et liée à elle par une quasi continuité de constructions,

- et celle du bourg distant de 7 km du chef-lieu de canton.

La ville de Thuré compte 3 012 habitants au 1er janvier 2013.

Son histoire est fortement liée à celle du Châtelleraudais. Il ne reste aujourd'hui que peu de vestiges anciens de son passé mais ses paysages ont gardé leurs caractères. Pour s'en convaincre, il suffit de découvrir les panoramas de Puydonneau, de la Groie ou de la Plante.

Un peu d'histoire ...

STEPHANUS de Turec, vers 1100 (cartulaire de Saint-Cyprien, page 40)
Turec, 1157 (chapitre Saint-Hilaire, tome 1, page 161)
Tureyum, 1273 (Fonteneau, t.XII, page 657)
Ture, 1280 (abbaye de Fontaine-le-Comte, 26)
Capellanus de Turre, Thure, 1383 (Taux du décime, pages 13 et 126)
Rector de Thureyo, 1478 (registres Saint-Pierre de Thuré)

Avant 1790, la paroisse de Thuré faisait partie de l'archiprêtre, du duché, de la sénéchaussée et de l'élection de Châtellerault. La cure était à la nomination de l'évêque ; elle est classée dans le Pouillé de Gauthier parmi celles qui étaient de camera episcopi, extra de catus et archipresbyteratus.

La seigneurie de Thuré, ancien domaine des évêques de Poitiers fut cédée le 21 mai 1447 par l'évêque Guillaume de Charpaigne à Charles d'Anjou, comte du Maine, avec les terres de Saint-Christophe-sous-Faye et la tour d'Oyré et la dîme de Senillé, en échange du château et chatellenie d'Harcourt à Chauvigny.

Ce fief, qualifié baronnie depuis le XVIè siècle, relevait du duché de Châtellerault. Il fut uni en 1768 au marquisat de Clairvaux avec les quatre fiefs du Grand-Pouillé, la tour de Pouillé, la Plante et la Perlotière. Le château seigneurial est en ruine.

En 1790, Thuré devint le chef-lieu d'un canton dépendant du district de Châtellerault et composé des communes de Thuré, Antran, Colombiers, Remeneuil, Scorbé-Clairvaux, Sossay et Usseau ; ce canton a existé jusqu'au 18 novembre 1801.